On est pas sorti du bois! La Côte-Nord au temps des premiers chantiers

Le Musée régional de la Côte-Nord présente On est pas sorti du bois! La Côte-Nord au temps des premiers chantiers, du 25 juin 2018 au 2 juin 2019.

L’ère des scieries

C’est à partir du milieu du 19ème siècle que l’industrie du bois de sciage s’implante sur la Haute-Côte-Nord. Bien que l’agriculture y était aussi pratiquée à petite échelle, c’est à la construction des scieries que nous devons la fondation des villages de Tadoussac en 1838, puis Les Bergeronnes, Les Escoumins, Sault-au-Mouton, Portneuf, Sault-aux-Cochons, Pointe-Ouest-de-Bersimis, Manicouagan et Pentecôte entre 1843 et 1883.

L’ère des pâtes et papiers

Au tournant du 20ème siècle, la région voit l’arrivée de nouveaux joueurs dans l’industrie forestière : les grandes papetières. Alors qu’auparavant on recherchait le bois pour en faire des madriers, on le transformera désormais en pâte et en papier.

La première compagnie à s’installer est la North Shore Power, Railway & Navigation Co. qui fonde Clarke City en 1898. Puis vint la Ontario Paper qui fonda Shelter Bay en 1915, Franquelin en 1920 puis Baie-Comeau en 1937, où une usine de papier est construite. La compagnie St-Regis Paper Co. s’installe à Godbout pour la coupe en 1922, la St-Lawrence Paper Mills à Baie-Trinité en 1930 et l’Anglo Canadian Pulp and Paper à Forestville en 1937. En 1945, l’industrie forestière nord-côtière, présente dans 11 localités, emploie annuellement plus de 3 000 travailleurs, produit 14% du bois de pâte au Québec.

La quinzaine d’objets et les photographies présentées dans cette exposition, pour la plupart inédites, rendent hommage aux milliers de travailleurs qui jadis s’exilaient dans la forêt boréale nord-côtière afin d’assurer le gagne-pain familial. Bienvenue au pays des bûcherons, des « jobbeurs », des « foreman », des « couques », des « scalleurs », des « floumes » et des « slousses »!

LE MUSÉE RÉGIONAL DE LA CÔTE-NORD EST SUBVENTIONNÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS DU QUÉBEC ET LA VILLE DE SEPT-ÎLES.

Transport du bois par cheval, secteur ouest de l’île d’Anticosti, vers 1910.
© Collection Giffin, Municipalité de l’Ile d'Anticosti